À Charles Spon, le 6 décembre 1644
Note [7]

« Il est enflé outre mesure d’un certain orgueil, mais n’a que fort peu étudié ; je crains qu’il ne vous fasse injure, et à votre Hofmann ».

V. note [12], lettre 92, pour les Institutiones de Caspar Hofmann (Lyon, 1645), dont Charles Spon supervisait l’édition.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 décembre 1644. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0117&cln=7

(Consulté le 20.09.2019)

Licence Creative Commons