À Charles Spon, le 5 octobre 1655
Note [7]

« l’hydropisie est en effet un genre de maladie incurable ».

Robert Tullouë (avec variantes sur la place du tréma, que j’ai harmonisées en m’en tenant à sa signature autographe dans les Comm. F.M.P.), natif de Chartres, avait été reçu docteur régent de la Faculté de médecine de Paris en 1618 (Baron). Mort en 1662, âgé de 80  ans, il n’a publié que les trois thèses qu’il a soutenues (sans compter les cinq qu’il a présidées) :

  • première quodlibétaire, An omnium partium simul conformatio ? [La conformation de toutes les parties se fait-elle en même temps ?] (affirmative), sous la présidence de Claude Boyvin, le 15 avril 1615 ;

  • seconde quodlibétaire, An abortus ex tenesmo ? [Le ténesme (v. note [20], lettre 198) peut-il induire l’avortement ?] (conclusion affirmative), sous la présidence de Jean Maunoir, le 17 décembre 1615 ;

  • cardinale, An febrium intermittentium paroxysmis phlebotomia ? [Faut-il pratiquer la saignée dans les paroxysmes des fièvres intermittentes ?] (affirmative), sous la présidence d’Étienne de Lafont, le 3 mars 1616.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 octobre 1655. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0418&cln=7

(Consulté le 07.08.2020)

Licence Creative Commons