À André Falconet, le 22 juin 1666, note 7.
Note [7]

Gavaches (Ménage) : « les peuples montagnards du Gévaudan que César appelle Cabalos, et Strabon Gabalous, et Pline Gabales sont appelés Gavachos par les Espagnols ; et comme ces peuples vont en Espagne pour gagner leur vie, où ils exercent les métiers les plus vils, on y a appelé de leur nom les personnes sans cœur et mal vêtues. »

Samuel Pepys (Journal le 6 juin, 16 juin nouveau style, 1666) a relaté la liesse de Londres :

With them idled away the whole night till twelve at night at the bonefire in the streets. Some of the people thereabouts going about with musquets, and did give me two or three vollies of their musquets, I giving them a crowne to drink ; and so home. Mightily pleased with this happy day’s newes, and the more, because confirmed by Sir Daniel Harvy, who was in the whole fight with the Generall, and tells me that there appear but thirty-six in all of the Dutch fleete left at the end of the voyage when they run home. The joy of the City was this night exceeding great.

« Avons traîné par les rues à regarder les feux de joie jusqu’à minuit. Non loin, des gens passaient avec des mousquets et en ont tiré deux ou trois salves en mon honneur, et leur donnai une couronne pour aller boire ; puis rentré à la maison. Fort ravi des heureuses nouvelles de cette journée, d’autant qu’elle a été confirmée par sir Daniel Harvy qui était avec le général Monck pendant toute la bataille, et me dit qu’à la fin de la croisière, quand ils sont rentrés au port, la flotte hollandaise paraissait réduite à 36 voiles. La joie de la City était cette nuit débordante. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 22 juin 1666, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0871&cln=7

(Consulté le 29/05/2024)

Licence Creative Commons