À Johannes Antonides Vander Linden, le 4 janvier 1657
Note [7]

V. note [1], lettre 481, pour une autre thèse présidée (et probablement écrite) par Jean iii Des Gorris en 1625, concluant qu’on accusait injustement les médecins parisiens de prescrire trop généreusement la saignée.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 4 janvier 1657. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1102&cln=7

(Consulté le 13.07.2020)

Licence Creative Commons