À Johann Georg Volckamer, le 10 août 1657
Note [7]

« il respire la brise éthérée [l’air du jour] » (Virgile, v. note [12], lettre de Charles Spon, datée du 6 avril 1657). Guy Patin a barré l’expression plus triviale (traduite entre accolades) qu’il avait d’abord employée, superet.

Thomas Reinesius est mort en 1667 (v. note [10], lettre 117), il ne nous reste rien de la correspondance qu’il a pu avoir avec Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 10 août 1657. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1118&cln=7

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons