Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 71.
Note [71]

Remarques d’Isaac Casaubon sur le livre ii (chapitre xxi, colonne 128, lignes 51‑54), des Déipnosophistes d’Athénée de Naucratis : {a}

Scitum est, quod ostrea vocavit Matro parodus tubera maris, isto versu, Οστρεα τ’ ηνεγκεν, Θετιδος Νηρηιδος υδνα.

[On sait que Matron le parodique {b} a appelé les huîtres truffes de la mer, dans ce vers : {c} Il apporta des coquillages qui sont les truffes de Téthis, fille de Nérée]. {d}


  1. Lyon, 1621, v. note [1], lettre 543.

  2. Matron de Pitale (Éolie) est un poète grec du ive s. av. J.‑C., auteur de parodies dont il ne reste que quelques fragments.

  3. Dans son chapitre, qui porte sur les truffes, Athénée cite ce vers de Matron et le dit tiré de son Souper (Δειπνον) ; mais sans parler explicitement des huîtres, qui sont une interprétation de Casaubon.

  4. Thétis était la plus belle des 50 filles du dieu marin Nérée ; toutes portaient le nom de néréides, divinités plus ou moins assimilables aux sirènes.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 71.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8223&cln=71

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons