À Charles Spon, le 8 octobre 1649
Note [8]

C’est à nouveau Guy Patin (et non plus Hugo Grotius) qui s’exprime : « Mais dites, s’il vous plaît, si quelque censeur morose de mes lettres survenait, et demandait dans quel but et pour le bien de qui je confie tant de choses au sujet du P. Petau ? Je lui répondrais aussitôt et sans pouvoir faire autrement : il m’est si doux et agréable de deviser avec un ami, et parce que si j’étais à court d’idées pour écrire, je recourrais aux sornettes jésuitiques de ce genre, dont je remplirais ma page. »

« Si nous devons ces lettres à des motifs aussi futiles en apparence, il faut nous en féliciter. Ces bagatelles, qu’il emploie, dit-il, pour remplir ses pages, sont pourtant marquées au coin d’une incomparable vigueur d’esprit. On doit seulement lui reprocher d’être un peu trop de l’avis de son cher ami Gabriel Naudé, répétant souvent l’admiration, ce vrai signe de notre faiblesse. »

Ce sentencieux commentaire de Reveillé-Parise est un bel échantillon d’effronterie car il s’est lui-même complu à être ce « censeur morose » que redoutait Guy Patin. Ne serait-ce qu’ici, il a soigneusement supprimé tout ce qui médisait des jésuites : le iesuiticas de ce passage latin, et toute la phrase française qui la suit.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 octobre 1649. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0201&cln=8

(Consulté le 17.05.2021)

Licence Creative Commons