À Charles Spon, le 4 décembre 1651
Note [8]

Jean Varin (ou Warin, Liège 1604-Paris 1672), élevé dans la religion protestante, avait débuté comme peintre et sculpteur. Employé par le comte de Rochefort dans l’atelier de monnaie qu’il avait ouvert à Cugnon sur la frontière du Luxembourg, on l’avait arrêté pour fausse monnaie, mais Richelieu, qui appréciait ses compétences, avait commué sa peine en exil. Rappelé d’Angleterre, Varin était revenu en France travailler à la Chambre des monnaies. Il avait perfectionné en vitesse et en facilité les machines d’Aubin Olivier, en récompense de quoi Louis xiii avait créé pour lui la charge de garde et conducteur des engins de la Monnaie du moulin de Paris (1629). Il avait succédé à Jean d’Armand, dit l’Orfelin, dans l’office de graveur général des poinçons des monnaies de France. Chargé de graver le sceau de l’Académie française, il regagnait la confiance de Richelieu qui le choisissait pour garde général des Monnaies, dirigeait la refonte des monnaies légères d’or et d’argent, et gravait les nouveaux poinçons, ainsi que la suite des médailles frappées pour perpétuer le souvenir des événements du règne de Louis xiii. Nommé l’un des premiers membres de l’Académie de peinture et de sculpture (1664), Varin exécuta la statue en marbre de Louis xiv et entreprit l’histoire métallique de son règne, que la mort l’empêcha d’achever. Son influence fut considérable et son talent remarquable, bien qu’il ne l’eût pas toujours honnêtement exercé. Varin s’était converti au catholicisme et fut enterré à Saint-Germain-l’Auxerrois (G.D.U. xixe s. et Jestaz).

Varin est cité dans le Catalogue des partisans (page 11) comme « un entrepreneur de la Monnaie au moulin ; y a fait plusieurs falsifications et malversations par le moyen desquelles il s’est puissamment enrichi ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 décembre 1651. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0274&cln=8

(Consulté le 20.10.2019)

Licence Creative Commons