À André Falconet, le 29 octobre 1660
Note [8]

L’Université de Reims, fondée au milieu du xvie s. (v. note [5], lettre 22) avait d’abord fonctionné sur des statuts empruntés à celle de Paris. Elle s’en était tant écartée au fil des ans que, les contestations s’accumulant, le recteur de l’Université de Reims, Thomas Mercier, demanda au Parlement de Paris que « des docteurs de diverses professions fussent nommés pour dresser des statuts à chacune des facultés qui jusque-là n’en ont point d’assurés ». La Cour les avait désignés le 4 septembre 1660 : Guyart, docteur en théologie de Paris, et syndic de sa Faculté ; Davezan, docteur en l’un et l’autre droits et doyen de la Faculté de droit d’Orléans ; Guy Patin, pour la médecine ; Mercier, principal du Collège de La Marche à Paris, bachelier en théologie, représentant la Faculté des arts. Patin eut la charge de rédiger les 50 articles des statuts de la Faculté de médecine ; il les adapta directement de ceux de Paris qu’il connaissait sur le bout des ongles.

Robert Benoit [« Entre rénovation et archaïsme : les statuts de la Faculté de médecine de Reims (24 avril 1662) » Revue historique de droit français et étranger, 1999 ; 77 : 41‑70] les a transcrits, traduits et commentés.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 octobre 1660. Note 8

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0647&cln=8

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons