À André Falconet, le 4 février 1661, note 8.
Note [8]

« mais pourquoi ferais-je autrement : qui jamais a exigé la fidélité de l’historien ? » (Sénèque le Jeune, Apocoloquintose [v. note [20], lettre 179], chapitre i, avec remplacement de iuratores par fidem).

On a trop reproché à Guy Patin les fausses nouvelles que contenaient ses lettres pour ne pas lui reconnaître qu’il en convenait volontiers et les corrigeait de bonne grâce.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 février 1661, note 8.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0669&cln=8

(Consulté le 23/05/2024)

Licence Creative Commons