À André Falconet, le 10 décembre 1661
Note [8]

Deux amis poètes, Claude-Emmanuel Lhuillier dit Chapelle (1626-1686) et François Le Coigneux de Bachaumont (1624-1702), doivent leur renom au récit libertin qu’ils firent de leur équipée pour aller prendre les eaux à Encausse dans les Pyrénées, en 1656. Bachaumont, abbé de Saint-Euverte d’Orléans, était fils du président Jacques Le Coigneux (v. note [1], lettre 317) et de sa deuxième épouse, Marie Bitault. Il avait été reçu conseiller clerc au Parlement de Paris, en la quatrième Chambre des enquêtes, en 1646 (Popoff, no 83) ; on lui attribue généralement l’invention du mot Fronde en 1648. Guy Patin ne pouvait avoir eu connaissance de cet ouvrage que par les copies manuscrites circulant sous le manteau, car il ne parut qu’après sa mort : Voyage curieux, historique et galant, contenant plusieurs particularités très considérables, ce qu’il y a de beau et de plus remarquable à voir au tour de la France, et autres traités de galanteries mêlés de prose et de vers, par les plus beaux esprits de ce temps (sans lieu ni nom, 1680, in‑12o). Patin évoquait ici le récit de la rencontre socratique des deux camarades avec Dassoucy, en compagnie de son page, près de Montpellier, puis en Avignon :

« Avignon nous avait paru si beau que nous voulûmes y demeurer deux jours pour l’examiner plus à loisir. Le soir, que nous prenions le frais sur le bord du Rhône, par un beau clair de lune, nous rencontrâmes un homme qui se promenait, qui nous sembla avoir de l’air du sieur Dassoucy. Son manteau, qu’il portait sur le nez, empêchait qu’on ne le pût bien voir au visage. Dans cette incertitude, nous prîmes la liberté de l’accoster et de lui demander :

“ Est-ce vous, Monsieur Dassoucy ? ”
“ Oui, c’est moi, Messieurs ; me voici
N’ayant plus pour tout équipage
Que mes vers, mon luth et mon page.
Vous me voyez sur le pavé

En désordre, malpropre et sale ;
Aussi je me suis esquivé
Sans emporter paquet ni malle ;
Mais enfin, me voilà sauvé,
Car je suis en terre papale. ”

Il avait effectivement avec lui le même page que nous lui avions vu lorsqu’il se sauva de Montpellier et que l’obscurité nous avait empêchés de pouvoir discerner. Il nous prit envie de savoir au vrai ce que c’était que ce petit garçon et quelle belle qualité l’obligeait à le mener avec lui ; nous le questionnâmes donc assez malicieusement, lui disant :

“ Ce petit garçon qui vous suit
Et qui derrière vous se glisse,
Que sait-il ? En quel exercice,

En quel art l’avez-vous instruit ? ”
“ Il sait tout, dit-il. S’il vous duit, {a}
Il est bien à votre service. ”

Nous le remerciâmes lors bien civilement, ainsi que vous eussiez fait, et lui répondîmes autre chose :

“ Qu’adieu, bonsoir et bonne nuit.
De votre page qui vous suit
Et qui derrière vous se glisse,
Et de tout ce qu’il sait aussi,

Grand merci, Monsieur Dassoucy ;
D’un si bel offre de service
Monsieur Dassoucy, grand merci. ” » {a}


  1. Convient.

  2. Transcrit par Jacques Prévot, Libertins du xviie s., notes sur Les Aventures de M. Dassoucy, tome i, page 1533.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 décembre 1661. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0715&cln=8

(Consulté le 05.12.2020)

Licence Creative Commons