À Charles Spon, le 18 janvier 1658, note 9.
Note [9]

Appliqué par un chirurgien sur l’indication d’un médecin, le trépan, sorte de vilebrequin à mèche crénelée, consistait à percer un trou dans la boîte crânienne (trépanation) pour évacuer une collection de sang épanché dans les méninges, entre le cerveau et la voûte osseuse (hématome sous-dural ou extradural, v. note [8], lettre 231). Le choc que le jeune Alphonse Mancini avait reçu à la tête avait dû provoquer une contusion cérébrale fatale, mais sans formation d’un hématome que le trépan pût évacuer.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 janvier 1658, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0513&cln=9

(Consulté le 02/03/2024)

Licence Creative Commons