À André Falconet, le 7 juin 1650
Note [8]

Journal de la Fronde (volume i, fo 226 ro et vo, mai 1650) :

« Le 28, le marquis de Nesle, {a} chevalier de l’Ordre, étant tombé en descendant les degrés de son logis, se cassa la tête ; et ayant aussitôt été trépané, mourut deux heures après. Plusieurs prétendront au gouvernement de La Fère en Picardie qui appartenait à ce marquis, mais la reine se l’est réservé. »


  1. V. note [26], lettre 224.

Les « fonctions animales » sont ici à comprendre comme celles qui permettent d’accomplir les mouvements : sitôt après sa chute dans un escalier (montée), le blessé perdit la parole (aphasie) ; puis son état s’aggrava rapidement avec paralysie, coma et décès au bout de quatre jours. Cela est compatible avec la survenue d’un hématome intracrânien, extradural (entre crâne et dure-mère), ou plutôt sous-dural aigu (entre dure-mère et pie-mère, v. note [6], lettre 799), qu’une trépanation tenta d’évacuer, opportunément mais en vain.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 7 juin 1650. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0231&cln=8

(Consulté le 23.01.2020)

Licence Creative Commons