L. 799.  >
À André Falconet,
le 18 novembre 1664

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Ce 16e de novembre. La jeune reine [2] est accouchée ce matin d’une fille, [3] laquelle a été tôt après baptisée. [1] On dit ici que le roi [4] est fort triste et que notre armée de Gigeri est embarquée pour revenir de deçà[2][5] J’ai vu ce matin M. le nonce [6] dans son lit et lui ai mené mon fils Charles [7] qui lui a présenté ses livres, et il nous a fait la grâce de les recevoir agréablement. Nous y avons vu Monsieur votre frère [8] qui est en bonne santé. Les conclusions de M. le procureur général [9] de la Chambre de justice [3][10] contre M. Fouquet [11] vont à être pendu. Vous voyez où va cette feinte modération de M. Colbert, [12] elle n’est qu’ambition cachée, qui dégénérerait en tyrannie si elle pouvait.

Tout le monde parle ici du cancer [13] à la mamelle de la reine mère [14] et c’est pour cela qu’on lui a tiré du sang depuis peu. Il est arrivé un grand malheur à M. Piètre : [15] il n’avait qu’un petit garçon de dix ans, [16] qui s’est blessé à la tête contre une porte, dont il est mort 35 jours après ; il n’a plus qu’une petite fille de reste. [17] Ainsi voilà la famille périe, où à peu près. Ce jeune enfant avait eu de fortes convulsions [18] avec une grande fièvre, il y avait de la boue dans sa tête a commotione cerebri, quæ purulentiam invexit, quod quidem symptoma vocatur a Græcis σεισμος, quod quidem est quam concussio, vel agitatio aut quassatio[4] On appelle cela en français une commotion du cerveau, un ébranlement, laquelle arrive souvent aux petits enfants qui, se laissant choir sur les montées, en meurent ; et arrive souvent sans fracture par la seule commotion de cerveau et quelque ruption de petits vaisseaux, d’où le sang s’écoule, qui font un abcès où il se rencontre [5][19] et attire les convulsions, la fièvre et la mort. Ce mal arrive fort souvent à Paris, où il n’y a point de remède, ξυμφορα, calamitas, a calamis attritis et fractis[6][20]

Je soupai hier avec M. le premier président[21] où il parla fort de la déroute de Gigeri et du retour de nos gens. On s’en prend fort à M. Colbert qui en faisait son affaire. Un capitaine, qui était là présent, disait qu’il aurait mieux fait de ne se mêler que des affaires de cabinet. Le vice-bailli de Chartres [22][23] nommé Colin de Maginville, accusé de fausse monnaie et de plusieurs vols, fut averti que son fait était découvert ; il se sauva il y a déjà plusieurs mois, on l’a cherché de tous côtés et il l’a été si bien qu’enfin on l’a découvert dans Valenciennes [24] en Flandre, [25] où il a été arrêté ; on y a envoyé des gens pour l’amener en cette ville où il est attendu. C’est un méchant fripon qui a bien fait du mal et qui mérite une rude punition qu’il ne peut éviter. Fiat ius vel pereat mundus[7] Je vous baise très humblement les mains et suis de toute mon âme votre, etc.

De Paris, ce 18e de novembre 1664.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 18 novembre 1664

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0799

(Consulté le 19.10.2019)