L. 800.  >
À André Falconet,
le 21 novembre 1664

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

La jeune reine [2] est mieux, Dieu merci, son dernier accès n’a été que de cinq heures, elle a les nuits bonnes. On ne parle de la reine mère [3] qu’en cachette, les courtisans n’osent dire ce qu’ils voient. Cependant, il est certain qu’elle a un cancer [4] à la mamelle gauche, maladie, comme vous savez, qu’on ne peut guérir ; mais ne doutez pas qu’on n’y écoute les charlatans [5] qui promettront toujours de la guérir. Enfin, c’est un mauvais refrain de la ballade et de la comédie de la vie, [1] principalement pour une femme qui a toujours bien mangé et qui n’a presque point été malade ; et ainsi, qui n’a point fait de remèdes par précaution, dont elle se trouverait aujourd’hui fort bien si elle s’en était servie. On a fait ici force processions [6] et prières publiques, ce qui, comme je crois, ne lui a point nui ; mais je voudrais être assuré qu’elles lui eussent servi et qu’elle en guérira. Les prières des gens de bien servent merveilleusement et je ne suis point de l’avis de ce poète qui a dit trop hardiment Desine fata Deum flecti sperare precando[2][7]

On ne sait ici que trop de la déroute de notre armée de Gigeri [8] et la perte de dix compagnies du régiment de Picardie par la fente du vaisseau qui les rapportait, près de Toulon ; [3][9] on s’en prend au trop d’économie de M. Colbert. [10] On imprime ici une belle histoire latine de l’Université de Paris faite par M. Du Boulay, [11] ancien recteur de l’Université de Paris ; [12] il y aura six tomes in‑fo[4] On dit que Mme Fouquet, [13][14] la mère, a donné un emplâtre qui a été mis sur le ventre de la reine et qui a heureusement apaisé ses douleurs. [5] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 21e de novembre 1664.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 21 novembre 1664

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0800

(Consulté le 01.11.2020)