L. 799.  >
À André Falconet, le 18 novembre 1664

Monsieur, [a][1]

Ce 16e de novembre. La jeune reine [2] est accouchée ce matin d’une fille, [3] laquelle a été tôt après baptisée. [1] On dit ici que le roi [4] est fort triste et que notre armée de Gigeri est embarquée pour revenir de deçà[2][5] J’ai vu ce matin M. le nonce [6] dans son lit et lui ai mené mon fils Charles [7] qui lui a présenté ses livres, et il nous a fait la grâce de les recevoir agréablement. Nous y avons vu monsieur votre frère [8] qui est en bonne santé. Les conclusions de M. le procureur général [9] de la Chambre de justice [3][10] contre M. Fouquet [11] vont à être pendu. Vous voyez où va cette feinte modération de M. Colbert, [12] elle n’est qu’ambition cachée, qui dégénérerait en tyrannie si elle pouvait.

Tout le monde parle ici du cancer [13] à la mamelle de la reine mère [14] et c’est pour cela qu’on lui a tiré du sang depuis peu. Il est arrivé un grand malheur à M. Piètre : [15] il n’avait qu’un petit garçon de dix ans, [16] qui s’est blessé à la tête contre une porte, dont il est mort 35 jours après ; il n’a plus qu’une petite fille de reste. [17] Ainsi voilà la famille périe, où à peu près. Ce jeune enfant avait eu de fortes convulsions [18] avec une grande fièvre, il y avait de la boue dans sa tête a commotione cerebri, quæ purulentiam invexit, quod quidem symptoma vocatur a Græcis σεισμος, quod quidem est quam concussio, vel agitatio aut quassatio[4] On appelle cela en français une commotion du cerveau, un ébranlement, laquelle arrive souvent aux petits enfants qui, se laissant choir sur les montées, en meurent ; et arrive souvent sans fracture par la seule commotion de cerveau et quelque ruption de petits vaisseaux, d’où le sang s’écoule, qui font un abcès où il se rencontre [5][19] et attire les convulsions, la fièvre et la mort. Ce mal arrive fort souvent à Paris, où il n’y a point de remède, ξυμφορα, calamitas, a calamis attritis et fractis[6][20]

Je soupai hier avec M. le premier président[21] où il parla fort de la déroute de Gigeri et du retour de nos gens. On s’en prend fort à M. Colbert qui en faisait son affaire. Un capitaine, qui était là présent, disait qu’il aurait mieux fait de ne se mêler que des affaires de cabinet. Le vice-bailli de Chartres [22][23] nommé Colin de Maginville, accusé de fausse monnaie et de plusieurs vols, fut averti que son fait était découvert ; il se sauva il y a déjà plusieurs mois, on l’a cherché de tous côtés et il l’a été si bien qu’enfin on l’a découvert dans Valenciennes [24] en Flandre, [25] où il a été arrêté ; on y a envoyé des gens pour l’amener en cette ville où il est attendu. C’est un méchant fripon qui a bien fait du mal et qui mérite une rude punition qu’il ne peut éviter. Fiat ius vel pereat mundus[7] Je vous baise très humblement les mains et suis de toute mon âme votre, etc.

De Paris, ce 18e de novembre 1664.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de André Falconet à Guy Patin, le 18 novembre 1664.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0799
(Consulté le 23.10.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.