À André Falconet, le 2 septembre 1667, note 9.
Note [9]

« Croyez-vous qu’en aient cure les cendres ou les mânes des disparus ? » (Virgile, Énéide, chant iv, vers 34). Je n’ai pas trouvé de Vie d’Érasme, latine ou française, imprimée à cette époque ; au nom de Rome, jésuites et dominicains se sont acharnés contre les écrits de ce très grand humaniste, peu farouche envers les idées de la Réforme (v. note [5], lettre 308, pour ce qu’en a écrit le R.P. Théophile Raynaud).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 2 septembre 1667, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0921&cln=9

(Consulté le 03/03/2024)

Licence Creative Commons