De Roland Desmarets de Saint-Sorlin, Avant 1650, note 9.
Note [9]

Sénèque le Jeune, La Tranquillité de l’âme, chapitre 9, § 4 :

Studiorum quoque, quæ liberalissima impensa est, tamdiu rationem habet quamdiu modum. Quo innumerabiles libros et bibliothecas, quarum dominus vix tota vita indices perlegit ? Onerat discentem turba, non instruit, multoque satius est paucis te auctoribus tradere quam errare per multos.

[Les dépenses occasionnées par les études, qui sont les plus honorables de toutes, ne me paraissent raisonnables que dans la mesure où elles restent modérées. À quoi bon d’innombrables livres et bibliothèques, dont toute la vie de leurs propriétaires suffirait difficilement à lire les titres ? Leur masse écrase celui qui veut apprendre, mais ne l’instruit pas, et te contenter d’un petit nombre d’auteurs vaut bien mieux pour toi que de t’égarer dans une foule d’autres].

V. supra note [3] pour la suite du même chapitre (§ 5), où Sénèque blâme l’éblouissement de Tite-Live devant la Bibliothèque d’Alexandrie.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Roland Desmarets de Saint-Sorlin, Avant 1650, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9097&cln=9

(Consulté le 24/04/2024)

Licence Creative Commons