À Hugues de Salins, le 28 mars 1656
Note [3]

« Marquer une chasse, relever une parole, une circonstance dont on veut faire son profit » (Littré DLF). Hugues de Salins, dans la précédente lettre, n’avait pas compris la railleuse allusion de Guy Patin à la « décoction apéritive de Rabelais », qui n’était composée que de clefs mises à bouillir dans un chaudron. Patin égarait pourtant ici son correspondant en lui indiquant le « deuxième livre » (Gargantua) pour y trouver cette explication : elle n’est nulle part dans les livres de Rabelais, mais se trouve dans Béroalde de Verville au sujet de Rabelais (v. note [4], lettre 436).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 28 mars 1656. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0437&cln=3

(Consulté le 15.06.2021)

Licence Creative Commons