L. 762.  >
À André Falconet, le 18 décembre 1663

Monsieur, [a][1]

Le roi [2] est allé au Palais où il a fait enregistrer les noms des 14 ducs et pairs nouveaux. [1][3] Je suis bien aise que M. Thet, [4] gentilhomme de Danemark de grande et ancienne Maison, soit tombé entre vos mains. Il m’a fait l’honneur de me le mander lui-même. Je vous adresse une lettre pour son éphore, [2][5] qui est un fort honnête homme nommé M. Fogh. Ce M. Thet est promis à la petite-fille de Tycho Brahe, [6] grand seigneur de Danemark, grand mathématicien et heureux restaurateur de l’ancienne astronomie, [7] qui mourut en son château d’Uraniborg dans l’île de Hven, [8] dans la mer Baltique, l’an 1601, où il s’était retiré dans la disgrâce de son roi. [3] Avez-vous ouï parler de la rechute de la duchesse de Savoie ? [9] M. Morisset [10] y est, mais néanmoins, le roi n’a pas laissé d’y envoyer un médecin par quartier nommé Vézou, [11] qui est un des amis de Vallot [12] qui apparemment, lui a procuré cette commission. Il l’avait mis auprès du cardinal Mazarin [13] en sa première maladie, [4] c’était lui qui le veillait ; on dit qu’il en a été mal récompensé. Il fait l’homme d’importance et le mystérieux, mais tout son fait est peu de chose, non est Silenus Alcibiadis[5][14] dont il est fait mention dans les Adages d’Érasme. [15] Je vous baise très humblement les mains, à Mlle Falconet et à M. Spon notre bon ami, et suis de toute mon âme votre, etc.

De Paris, ce 18e de décembre 1663.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de André Falconet à Guy Patin, le 18 décembre 1663.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0762
(Consulté le 27.11.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.