L. latine 271.  >
À Christiaen Utenbogard,
le 20 décembre 1663

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 159 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Christiaen Utenbogard, docteur en médecine, à Utrecht.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je vous envoie une lettre que j’ai ici depuis quelques jours à vous transmettre, c’est celle des deux nobles Français que vous avez si courtoisement reçus, et pourvus de tant et tant de bienfaits, qu’ils ne sauraient assez louer votre générosité et vanter vos mérites. Ils avaient pensé à vous offrir quelque présent, ce qu’ils n’ont encore pu faire en raison du mauvais temps : ils cherchent une autre occasion de vous faire connaître leur reconnaissance et leur bon souvenir. [1][2][3] Aux bons soins de Simon Moinet, [4] on m’a apporté de Rouen le paquet des livres que vous m’avez achetés, mais il a été ouvert et je n’ai pas reçu la facture de ceux qui devaient s’y trouver ; si vous l’avez chez vous, envoyez-la-moi, je vous prie, pour que je voie de combien leur prix s’approche de notre estimation ; j’en prendrai soin moi-même si vous ne l’avez pas gardée, ou je la réclamerai à Simon Moinet s’il en a une à me transmettre. Comment M. Schoock se porte-t-il ? [5] quand donc la seconde édition de son livre de Cervisia paraîtra-t-elle ? [6] Il me reste une seule question à vous soumettre : dans mes brouillons, je trouve une liste de livres ; je vous avais écrit pour que vous me les achetiez et vous demandais d’en prendre soin ; j’ignore si vous l’avez reçue, si cette lettre s’est égarée et ne vous a pas été remise, comme je le crains ; vos lettres ne m’ont en effet donné aucune nouvelle ; celle que j’ai écrite ici est datée du 6e de janvier 1663. [2] Interrogez, je vous prie, votre mémoire et répondez-moi sur ce point. Si vous avez reçu cette liste, je remets cet achat à vos soins ; sinon, je vous en renverrai une autre, dont voici le début : Orationes, præcipue Juridicæ d’Anton Matthæus, in‑12o ; [7] Calendarium Romanum, imprimé in‑fo ; [8] Catullus, Tib. Propertius, cum Notis variorum, dans l’édition de Simon Gabbema, [9][10][11][12] in‑8o, etc. [3] Je veillerai à vous rembourser aussitôt le prix que vous m’indiquerez. Maintenant que vous connaissez le motif de ma prière, vous veillerez à l’exaucer sans délai. Aucune nouvelle du pape, [13] du Turc, [14] des jésuites et de Fouquet : [15][16] tout est silencieux. Vers la fin de l’hiver beaucoup d’affaires reprendront, en particulier la guerre en Italie, [17] etc.

Portez-vous bien, très éminent Monsieur, et aimez-moi.

De Paris, le 20e de décembre 1663.

Vôtre, etc.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 20 décembre 1663

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1304

(Consulté le 17.10.2019)