L. latine 271.  >
À Christiaen Utenbogard, le 20 décembre 1663

[Ms BIU Santé 2007, fo 159 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Christiaen Utenbogard, docteur en médecine, à Utrecht.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je vous envoie une lettre que j’ai ici depuis quelques jours à vous transmettre, c’est celle des deux nobles Français que vous avez si courtoisement reçus, et pourvus de tant et tant de bienfaits, qu’ils ne sauraient assez louer votre générosité et vanter vos mérites. Ils avaient pensé à vous offrir quelque présent, ce qu’ils n’ont encore pu faire en raison du mauvais temps : ils cherchent une autre occasion de vous faire connaître leur reconnaissance et leur bon souvenir. [1][2][3] Aux bons soins de Simon Moinet, [4] on m’a apporté de Rouen le paquet des livres que vous m’avez achetés, mais il a été ouvert et je n’ai pas reçu la facture de ceux qui devaient s’y trouver ; si vous l’avez chez vous, envoyez-la-moi, je vous prie, pour que je voie de combien leur prix s’approche de notre estimation ; j’en prendrai soin moi-même si vous ne l’avez pas gardée, ou je la réclamerai à Simon Moinet s’il en a une à me transmettre. Comment M. Schoock se porte-t-il ? [5] quand donc la seconde édition de son livre de Cervisia paraîtra-t-elle ? [6] Il me reste une seule question à vous soumettre : dans mes brouillons, je trouve une liste de livres ; je vous avais écrit pour que vous me les achetiez et vous demandais d’en prendre soin ; j’ignore si vous l’avez reçue, si cette lettre s’est égarée et ne vous a pas été remise, comme je le crains ; vos lettres ne m’ont en effet donné aucune nouvelle ; celle que j’ai écrite ici est datée du 6e de janvier 1663. [2] Interrogez, je vous prie, votre mémoire et répondez-moi sur ce point. Si vous avez reçu cette liste, je remets cet achat à vos soins ; sinon, je vous en renverrai une autre, dont voici le début : Orationes, præcipue Juridicæ d’Anton Matthæus, in‑12o ; [7] Calendarium Romanum, imprimé in‑fo ; [8] Catullus, Tib. Propertius, cum Notis variorum, dans l’édition de Simon Gabbema, [9][10][11][12] in‑8o, etc. [3] Je veillerai à vous rembourser aussitôt le prix que vous m’indiquerez. Maintenant que vous connaissez le motif de ma prière, vous veillerez à l’exaucer sans délai. Aucune nouvelle du pape, [13] du Turc, [14] des jésuites et de Fouquet : [15][16] tout est silencieux. Vers la fin de l’hiver beaucoup d’affaires reprendront, en particulier la guerre en Italie, [17] etc.

Portez-vous bien, très éminent Monsieur, et aimez-moi.

De Paris, le 20e de décembre 1663.

Vôtre, etc.


1.

Dans sa lettre du 1er novembre 1663 (note [3]), Guy Patin avait remercié Johannes Antonides Vander Linden pour l’accueil qu’il avait réservé à ses amis Christophe et Robert Leschassier, père et fils, de passage aux Pays-Bas.

Sans surprise pour nous, ils étaient aussi passés voir Christiaen Utenbogard. Ses hôtes, satisfaits de sa courtoisie à leur égard, voulaient lui exprimer leur gratitude par un cadeau, mais le mauvais temps du moment perturbait le transport maritime (de Rouen à destination de quelque port hollandais) et en retardait l’expédition.

2.

V. notes :

  • [1], lettre 719, pour le livre de Marten Schoock « sur la Bière » (Groningue, 1661, avec dédicace à Guy Patin), jamais réédité ;

  • [8], lettre latine du 6 janvier 1663, pour la liste de livres que Guy Patin avait conservée dans ses brouillons (adversaria), mais que nous n’avons plus. Christiaen Utenbogard n’en avait pas pris soin ou ne l’avait pas reçue.

3.

Ces trois livres premiers livres de la liste étaient :

  1. Antonii Matthæi JC. Orationes. Quarum pleræque continent Argumentum Juridicum. Accedit ejusdem Poema inaugurale. Edente Ant. Mattheo A.f.A.n. [Discours d’Anton Matthæus, jurisconsulte, dont la plupart ont un objet juridique. On y a ajouté son poème inaugural. Édité par Ant. Matthæus, fils de l’auteur] (Utrecht, Theodor van Ackersdijk et Gisbert van Zijll, 1655, in‑12o) ; Antonius i Matthæus (Anton Matthäus, 1601-1645) avait été professeur de droit pénal à Utrecht, son fils Antonius ii (1635-1710), spécialisé en histoire du droit, l’avait enseigné à Utrecht et à Leyde ;

  2. Calendarium Romanum novum et Astronomia Aquicinctina. Cum nova, ac facili methodo inveniendi Characteres omnes temporum : cuiusmodi sunt motus Solis, Lunæ, Veneris, Mercurii, et aliorum planetarium in noviluniis, pleniluniis et quadraturis, variæ temporum Epochæ, Aureus numerus, Epacta, Litera Dominicalis, Festa Mobilia, Indictiones, Concurrentes, et id genus alia, idque in perpetuum, tam ante, quam post Christum natum. Item calculus eclipsium Solis, et Lunæ, ad quemlibet meridianum. Denique Arithmetica Astronomica, cum canone sexagesimorum, et logarithmorum. Auctore D. Ioanne D’Espieres Sacræ Theol. Doctore, et Monasterii Aquicinctini Magno Priore [Le nouveau Calendrier romain et l’Astronomie d’Anchin. Avec une méthode nouvelle et simple pour trouver toutes les caractéristiques des temps, dont : les mouvements du Soleil, de la Lune, de Vénus, de Mercure et des autres planètes pendant les nouvelles lunes, les pleines lunes et les quarts de lune, les diverses époques des temps, le nombre d’or, les épactes, la lettre dominicale (v. note [9], lettre 77), les fêtes mobiles, les indictions (révolutions de quinze années), les jours concurrents (supplémentaires du calendrier) et autres variables de genre, et ce de manière perpétuelle, tant avant qu’après la naissance du Christ. Avec en outre le calcul des éclipses du soleil et de la lune, sous quelque méridien que ce soit ; et enfin, l’arithmétique astronomique avec une table des sexagésimaux et des logarithmes. Par Jean Despierres (ou D’Espières, mort en 1664), docteur en théologie sacrée et grand prieur de l’abbaye (bénédictine Saint-Sauveur) d’Anchin (à Pecquencourt dans le département du Nord)] (Douai, Laurentius Kellamus, 1657, in‑fo) ; Guy Patin a accusé réception de ce savant ouvrage dans sa lettre du 16 avril 1665 à Christian Utenbogard (v. sa note [4]) ;

  3. Catullus, Tibullus et Propertius, et quæ sub Galli nomine circumferuntur ; cum selectis variorum commentariis accurante Simone Abbes Gabbema [Catulle, Tibulle et Properce, et ce qui circule sous le nom de Gallus, avec les commentaires choisis de divers auteurs, par les soins de Simon Abbes Gabbema (v. note [20], lettre 345)] (Utrecht, Gisbertus à Zijll et Theodorus ab Ackersdijk, 1659, in‑8o).

a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Christiaen Utenbogard, Ms BIU Santé 2007, fo 159 ro.

s.

ms BIU Santé 2007, fo 159 ro.

Clar. viro D. Christ. Utenbogardo, Medicinæ Doctori, Ultrajectum.

Mitto Tibi, Vir Cl. Epistolam quam hîc ab aliquot diebus habeo, ad Te
mittendam : ea est duorum nobilium Gallorum, quos tam generosè humanè excipisti, tam tot
et tot tantis beneficijs affecisti, ut generositatem tuam satis laudare, et pro meritis præ-
dicare non possint. Cogitaverant de quodam munere Tibi offerendo, quod hactenus
fieri non potuit propter inæqualitatem tempestatis : aliam quærunt occasionem, per
quam agnosces gratum ac memorem eorum animum. Accepi per Rothomagum, ex
missione Sim. Moinet, Fasciculum illum librorum à Te mihi emptorum : pro quo
gratias ago singulares : sed erat apertus Fasciculus, nec ullum accepi Indiculum
eorum quæ debebant in eo contineri : si quem apud Te habeas, mitte quæso, ut videam
quomodo accedant ad æstimationem nostram : quod si penes Te nullum habeas, et eo
carebo ; vel repetam à Sim. Moinet, si quem habeat mihi mittendum. Quî se
habet D. Schoockius : quandonam veniet editio altera libri de Cervisia ? Aliud
unum mihi superest Tibi proponendum. In Adversarijs meis deprehendo Syllabum
quorundam librorum, pro quibus mihi emendis ad Te scripseram, rogabámq. ut cura
tua mihi emerentur ; an illum acceperis, an Epistola illa perierit, nec Tibi reddita fuerit,
nescio : sed hoc metuo : de illa enim per tuas nihil audivi : mea illa scripta est hîc,
6. Ianu. 1663. Interroga quæso memoriam tuam, et super hoc articulo
responde : si acceperis, emptionem illam tuamæ curæ committo : si non acceperis, alium Indicem Tibi
remittam : cujus hoc est initium : Ant. Matthæi Orationes, præcipuè Iuridicæ, etc. 12.
Calendarium Romanum, in folio patenti.
Catullus, Tib. Propertius, cum Notis
variorum, ex recensione Sim. Gabbema. 8. etc.
Indictum à Te pretium Tibi statim
refundi curabo : habeas igitur rationem meæ deprecationis, ut statim exaudiar.
De Papa, de Turca, de Iesuitis, de Fuqueto, nihil novi : cuncta silent : sub
finem hyemis multa renovabuntur, præsertim bellum in Italia, etc. Vale
vir præstantissime, et me ama. Parisijs, 20. Dec. 1663. Tuus etc.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Christiaen Utenbogard à Guy Patin, le 20 décembre 1663.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1304
(Consulté le 01.04.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.