À Charles Spon, le 10 avril 1654
Note [20]

« avec des Priapeia. »

Les Priapées sont un nom qu’on donne aux « épigrammes et aux pièces obscènes qui ont été composées sur Priape » {a} (Furetière). Elles ont été imprimées pour la première fois sous le titre de Priapeia. Diversorum veterum poetarum in Priapum lusus [Priapées. Badinages de divers poètes anciens sur Priape] (Venise, héritiers d’Alde Manuce l’Ancien, 1517, in‑8o). Une édition complète et plus tardive de cette anthologie latine d’érudition licencieuse est intitulée :

Priapeia, sive diversorum poetarum in Priapum Lusus ; illustrati commentariis Gasperis Schoppii, {b} Franci. L. Apuleii Madaurensis ανεχομενος, ab eodem illustratus. Heraclii imperatoris, Sophoclis sophistæ, C. Antonii, Q. Sorani, et Cleopatræ reginæ, Epistolæ, de propudiosa Cleopatræ reginæ libidine. Huic editioni accedunt Iosephi Scaligeri in Priapeia commentarii, ac Friderici Linden-Bruch in eadem notæ.

[Priapées ou Badinages des poètes anciens sur Priape ; illustrées par les commentaires de Caspar Schoppe, allemand. L’Anékhoménos de Lucius Apuleius de Madaurus, illustré de même. Lettres de l’empereur Heraclius, du sophiste Sophocle, de Caius Antonius, de Quintus Valerius Soranus et de la reine Cléopâtre, sur la débauche éhontée de la reine Cléopâtre. S’ajoutent à cette édition les commentaires de Joseph Scaliger et les notes de Friedrich Lindenbruch sur les Priapées]. {c}

Guy Patin citait ici le :

Titi Petronii Arbitri Equitis Romani Satyricon et diversorum poetarum Lusus in Priapum, cum selectis variorum commentariis. Accedunt : Privilegium Veneris, Ausonii Cento nuptialis, Cupido cruci-affixus atque alia nonnulla, notis doctorum virorum inlustrata, accurante Simone Abbes Gabbema.

[Le Satyricon de Pétrone, chevalier romain, {d} et les Priapées de divers poètes, avec les commentaires choisis de divers auteurs. S’y ajoutent : le Privilège de Vénus, le Centon nuptial, le Crucifiement de l’Amour, et quelques autres pièces d’Ausone, mises en lumière par les notes de savants hommes ; édition établie par les soins de Simon Abbes Gabbema]. {e}


  1. V. note [5], lettre 859.

  2. Sic pour Casparis Scioppii, v. note [14], lettre 79.

  3. Padoue, Gerhardus Nicolaus v, 1667, in‑8o.

  4. Titus Petronius Arbiter, c’est-à-dire l’arbitre des élégances, v. note [14], lettre 41.

  5. Utrecht, Gisbert van Zijll et Theodor van Ackersdijk, 1654, in‑8o.

    Simon Abbes Gabbema (Leeuwarden 1628-ibid. 1688), philologue néerlandais, était historiographe et conservateur des archives de la Frise.


Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 avril 1654. Note 20

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0345&cln=20

(Consulté le 07.12.2022)

Licence Creative Commons