À André Falconet, le 18 décembre 1663
Note [1]

Le 15 décembre, Louis xiv s’était rendu au Palais pour entendre la messe à la Sainte-Chapelle, y adorer la croix et tenir ensuite un lit de justice au cours duquel il fit recevoir quatorze ducs et pairs (Levantal).

Olivier Le Fèvre d’Ormesson, Journal, tome ii, page 64) :

« Chacun étant assis et couvert, le roi dit qu’il était venu pour faire recevoir les nouveaux ducs. Après, M. le chancelier partit de sa place pour aller recevoir l’ordre du roi. Étant revenu, non point dans celle de l’encoignure, comme lorsque c’est lit de justice, mais sur le banc des présidents, il lut en son particulier un papier où étaient écrits les noms des ducs à recevoir, selon l’ordre que le roi leur avait donné, dont personne n’avait de connaissance. Il demanda qui avait les lettres de M. de Verneuil. » {a}


  1. Henri de Bourbon, fils naturel d’Henri iv et de Catherine-Henriette de Balzac, marquise de Verneuil, v. note [35], lettre 299.

Les lettres ayant été lues, on fit entrer M. de Verneuil. Le chancelier lui demanda de prêter serment puis, cela fait, lui dit (ibid. pages 65‑66) :

« Le roi vous ordonne de prendre votre épée. L’huissier qui la portait auprès de lui, l’ayant remise dans le baudrier, M. de Verneuil alla prendre sa place sur le banc et à la suite des anciens ducs. Cette même formalité fut observée pour chacun des autres ducs. Ils furent reçus dans l’ordre qui suit : M. de Verneuil le premier, duc de Verneuil ; M. le maréchal d’Estrées, duc de Cœuvres ; M. le maréchal de Gramont ; M. de La Meilleraye, duc de La Meilleraye ; M. de Mazarin, {a} duc de Réthel, <pairie> mâle et femelle ; {b} M. le maréchal de Villeroy, duc de Villeroy ; M. de Mortemar, duc de Mortemar ; M. de Créqui, duc de Poix ; M. de Saint-Aignan, duc de Saint-Aignan ; M. de Foix, duc de Randan, <pairie> mâle et femelle, à cause de Mmes de Senecey et de Fleix ; {c} M. de Liancourt, duc de La Rocheguyon ; M de Tresmes, duc de Tresmes ; M. de Noailles, duc d’Ayen ; M. de Coaslin, duc de Camboust. »


  1. Fils du précédent.

  2. Duché-pairie érigée sous la condition de passer aux femelles à défaut de mâle.

  3. Ses grand-mère et mère.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 18 décembre 1663. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0762&cln=1

(Consulté le 27.11.2020)

Licence Creative Commons