À Claude II Belin, le 7 avril 1638
Note [14]

Antoine (iii) de Gramont-Toulongeon (château d’Hagetmau dans les Landes 1604-Bayonne 1678) fut d’abord connu sous le nom de comte de Guiche. Fils d’Antoine ii et de Louise de Roquelaure, il avait entamé sa carrière militaire en 1621 contre les protestants, en 1623 au service des Hollandais, en 1625 au Piémont. Un duel l’avait forcé à quitter la France pour se mettre au service de l’Empire dans l’armée de Tilly ; puis il était devenu lieutenant général du duc de Mantoue dans le Montferrat (1627) et s’était signalé en 1630 par la défense de Mantoue où il avait été blessé et fait prisonnier.

En épousant en 1634 François-Marguerite de Chivré, petite cousine de Richelieu, il s’était concilié la faveur du cardinal. Nommé maréchal de camp en 1635, il était parti combattre en Allemagne, en Alsace, en Flandre et en Italie. Il fut nommé lieutenant général au gouvernement de Normandie en 1638, mestre de camp du régiment des gardes-françaises en 1639 et lieutenant général en 1641. La même année, la façon brillante dont il se conduisit pendant la campagne de Flandre, surtout pendant les sièges d’Aire, de La Bassée et de Bapaume, allait lui valoir le bâton de maréchal de France.

À la mort de son père (1644), le maréchal devint comte de Gramont, gouverneur de la Navarre et du Béarn. Il fut élevé à la dignité de duc et pair en 1648 et resta fidèle au roi durant la Fronde. Ministre d’État en 1653, gouverneur de Bayonne en 1654, il participa à plusieurs missions diplomatiques, dont l’élection de l’empereur en 1657-1658 et le mariage de Louis xiv en 1659. Son fils aîné, Guy-Armand (v. note [24], lettre 478), né en 1638, est cité dans la suite des lettres, lui aussi sous le nom de comte de Guiche. Le duc a laissé des Mémoires publiés par son fils (1716, 2 volumes, in‑12o). Il a inspiré à Edmond Rostand le personnage du comte de Guiche dans son Cyrano de Bergerac. Tallemant des Réaux lui a consacré une historiette (tome i, pages 528-533) (G.D.U. xixe s. et R. et S. Pillorget).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 7 avril 1638. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0039&cln=14

(Consulté le 27.11.2020)

Licence Creative Commons