À Johannes Antonides Vander Linden, le 7 juillet 1656

Note [9]

V. notes [12], lettre latine 43, pour le « Discours contre les pharmaciens » de Johann Freitag (Groningue, 1633), et [37], lettre 197, pour la querelle qui l’avait opposé à Daniel Sennert en 1636-1638 sur les méfaits de la médecine chimique.

En qualifiant ici Freitag de miles gloriosus [soldat fanfaron] (titre d’une pièce de Plaute où apparaît le premier type du capitan et du matamore), Guy Patin montrait à quel point il vénérait Sennert, poussant le paradoxe jusqu’à dénigrer un auteur qui avait eu l’audace de l’attaquer pour ses complaisances avec le paracelsisme.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Johannes Antonides Vander Linden, le 7 juillet 1656, note 9.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1086&cln=9
(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.