À Charles Spon, le 17 septembre 1649
Note [37]

Daniel Sennert : De Origine animarum in brutis Sententiæ clariss. theologor. in aliquot Germaniæ academiciis, quibus D. Daniel Sennertus a crimine blasphemiæ et hæresos a D. Iohanne Freitagio ipsi intentato, absolvitur [Avis de quelques très savants théologiens parmi les universitaires d’Allemagne sur l’Origine des esprits chez les bêtes, qui ont absous Me Daniel Sennert de l’hérésie et du crime de blasphème dont Me Johann Freitag l’a accusé] (Francfort, Capsar Rotel, 1638, in‑8o).

Sennert répondait à Johannes Freitag qui avait publié une Detectio et solida Refutatio novae Sectæ Sennerto-Paracelsicæ… [Mise à nu et ferme réfutation de la nouvelle secte sennerto-paracelsiste…] (Amsterdam, 1636 et 1637, v. note [12], lettre latine 43) contre les Hypomnemata physica [Mémoires sur la physique] de Sennert (v. note [15], lettre 14).

.
Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 septembre 1649. Note 37

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0197&cln=37

(Consulté le 23.10.2019)

Licence Creative Commons