À Johannes Antonides Vander Linden, le 19 novembre 1655
Note [12]

Johannes Freitag ou Freijtag (Johannes Freitagius ; Wesel 1581-Groningue 1641), médecin hollandais, professeur de l’Université de Groningue de 1631 à sa mort : Oratio panegyrica de persona et officio Pharmacopæi et Pharmacopolio rite recteque instruendo [Discours panégyrique sur le rôle et la fonction du pharmacien et sur la manière dont il faut convenablement et justement organiser une pharmacie] (Groningue, Johann Sas, 1633, in‑4o). Guy Patin a cherché ce livre avec acharnement sans jamais parvenir à l’obtenir (du moins jusqu’en 1665, v. note [1], lettre latine 349). Je m’y suis comme lui échiné sans succès.

Médecin rétrograde et dogmatique strict, Freitag a aussi publié :

  • Poemata Juvenilia [Poèmes de jeunesse] (Francfort, 1616, in‑4o) ;

  • Noctes Medicae, sive de abusu Medicinae tractatus [Nuits médicales, ou traité sur l’abus de la médecine] (Francfort, 1616, in‑4o), dont on trouve le Discursus de unguento armario [Discours sur l’onguent hopliatrique] dans le Theatrum sympatheticum auctum… [Amphithéâtre sympathique augmenté…, v. note [28] d’Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643)] (Nuremberg, 1662, pages 609‑612) ;

  • De sanitatis et morborum natura dissertatio perspicua [Claire dissertation sur la nature de la santé et des maladies] (Francfort, 1616, in‑4o) ;

  • Aurora Medicorum Galeno-Chimicorum ; seu de recta purgandi methodo, e priscæ sapientiæ decreti postliminio in lucem reducta [L’Aurore des médecins galéno-chimiques (v. note [10] de la lettre de Julien Bineteau datée du er octobre 1651), ou de la juste méthode pour purger, ramenée à la lumière par le rétablissement du dogme de l’ancienne sagesse] (Francfort, 1630, in‑4o) ;

  • Disputatio medica de morbis substantiæ et cognatis quæstionibus, contra hujus temporis Novatores et Paradoxologos [Discussion médicale sur les maladies de la substance (maladies internes) et sur des questions apparentées, contre les novateurs et les extravagants de notre époque] (Groningue, 1632, in‑12o) ;

  • Disputatio medica Calidi innati essentiam, juxta veteris Medicinae et Philosophiae decreta, explicans ; opposita Neotericorum et Novatorum paradoxis [Discussion médicale expliquant l’essence de la chaleur innée suivant les dogmes de la médecine et de la philosophie ancienne, opposée aux extravagances des modernes et des novateurs] (Groningue, 1632, in‑8o) ;

  • un livre De Opii natura, et medicamentis opiatis… [Sur la nature de l’Opium et sur les médicaments opiacés…] (Groningue, 1632, et Liepzig, 1635, v. note [15] de la Leçon de Guy Patin sur le laudanum et l’opium) ;

  • Consilium in Catarrho calido. Et morbi cujusdam particularis historia [Consultation sur le catarrhe chaud, et Observation d’une maladie particulière] (Groningue, 1632, in‑8o) ;

  • Disputatio medico-philosophica de formarum origine, adversus venerandae antiquitati repugnantem Neotericorum doctrinam exhibita [Discussion médico-philosophique sur l’origine des formes, prononcée contre la doctrine des auteurs modernes qui répugne à vénérer l’ancien savoir] (Groningue, 1633, in‑8o) ;

  • Detectio et solida refutatio novæ sectæ Sennerto-Paracelsicæ, recens in Philisophiam et Medicinam introductæ, qua antiquæ veritatis oracula et Aristotelicæ ac Galenicæ doctrinæ fundamenta convellere, et stirpes eruderare moliuntur Novatores [Mise à nu et solide réfutation de la nouvelle secte Sennerto-paracelsiste, qui s’est récemment introduite en philosophie et en médecine, par laquelle des novateurs entreprennent de renverser les oracles de l’antique vérité et les fondements de la doctrine aristotélicienne et galénique, et d’en arracher les racines] (Amsterdam, 1636, in‑12o, et Groningue, 1637, in‑8o, v. note [37], lettre 197) ;

  • le Consilium vi dans l’appendice du traité De Calculo… de Jan van Beverwijk (Leyde, 1638, pages 295‑298 ; v. note [11], lettre 72).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 19 novembre 1655. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1076&cln=12

(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons