L. 72.  >
À Charles Spon,
le 9 novembre 1642

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Pour m’acquitter et de ma parole et de mon devoir, je vous envoie la Vie de Cardan [2][3] qui est achevée tout fraîchement. [1] Il me semble qu’il n’y a rien de nouveau de deçà qui mérite de vous être envoyé ; si néanmoins vous en désirez quelque chose, je vous prie de n’y employer aucun autre que moi. Nous avons un nouveau doyen nommé M. de La Vigne. [4][5] On s’en va faire imprimer notre catalogue, [6] j’en mettrai à part une copie pour vous, comme aussi de toutes les bonnes thèses [7] qui nous viendront. [2] M. Jost, [8] libraire qui est mon ami, m’a promis de vous faire tenir la Vie de Cardan, dans un ballot qu’il envoie à Lyon, et de vous faire tenir celle-ci par la poste, enfermée dans son paquet. Si vous trouvez bonne et commode cette voie, je la continuerai ; sinon, je la changerai comme il vous plaira. Quand vous serez tout plein de loisir (mais, autrement, n’en faites rien, car je pense que le tout n’en vaut pas la peine), je vous prie de me mander qui est M. Meyssonnier, [9] médecin de Lyon, qui a été ici quelque temps. Je n’ai qu’un petit in‑4o de lui, de doctrina febrium[3] J’apprends qu’il a fait quelque autre chose ; s’il se peut recouvrer facilement, je vous en prie, combien que je n’aie pas fort bonne opinion et des livres et de l’auteur. [4] Quand vous les aurez amassés chez vous, je vous indiquerai le moyen de me les envoyer. Je vous prie de vous souvenir de l’an de la mort de Daléchamps, [10] des quatre tomes de disputes d’Erastus contre Paracelse, [11][12] des Institutions de médecine de Hofmannus. [13] On ne voit point encore ici du premier tome de Zacutus. [5][14] Je vous prie de me mander aussi à votre loisir si on imprime à Lyon Observationes medicinales Schenkii [15] ou l’Hippocrate de Foesius, [6][16][17] comme M. Le Gras [18] a dit à M. Du Clos [19] le jeune, médecin à Metz. [20] Il me semble qu’on ne fait rien ici qui soit digne de vous être mandé. On attend que M. Dupleix [21] soit venu de Gascogne pour mettre en vente son troisième tome de l’Histoire romaine in‑fo, lequel ira depuis la bataille de Pharsale [22] jusqu’à Charlemagne. [23] Currunt sub prælo aliquot opuscula Gul. Ballonii, medici Parisiensis, de arthritide, de rheumatismo, de calculo, etc. sed hæc omnia sunt lentum negotium[7][24] On imprime du P. Petau [25] sa Théologie des Pères. On en est au deuxième tome ; ce sera un grand œuvre, mais je ne sais quand il sera achevé. [8] M. l’évêque de Belley [26][27][28] est tout de nouveau piqué particulièrement contre les loyolites. [9][29] Cette nouvelle querelle fera naître de nouveaux livres ; j’en attends de bons de sa part car il fait tout autrement mieux que de coutume quand il est en colère. Il y a toujours quelque moine [30] qui brouille du papier, mais ce sont meræ nugæ, pro eiusmodi hominum consuetudine[10] Beverovicius [31] m’a mandé de Hollande qu’il s’en va faire réimprimer son livre de Calculo augmenté, et son autre intitulé Idea medicinæ veterum ex non medicis, deux fois plus grosse que la première édition. [11] On a réimprimé à Londres les Épîtres d’Érasme [32] en deux vol. in‑fo, auxquelles on a ajouté celles de Melanchthon [33] de modo resarciendæ pacis in Ecclesia[12] On dit qu’on a imprimé à Lyon quelque chose sur la mort de MM. de Cinq-Mars [34] et de Thou [35] (cuius manibus bene precor). [13] Je vous prie de me faire la faveur que j’en aie deux exemplaires, s’il y a moyen, et m’obligerez d’être toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Patin.

De Paris, ce 9e de novembre 1642.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 novembre 1642

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0072

(Consulté le 14.12.2019)