Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 3 manuscrit

Note [53]

Macrobe, {a} dans ses Saturnales (livre ii chapitre 4), a relaté quelques bons mots de l’empereur Auguste, {b} dont celui que citait ici le Borbonianai :

« Quand il apprit que, parmi les enfants de deux ans et au-dessous qu’Hérode, roi des Juifs, avait fait massacrer en Syrie, {c} était compris son propre fils, il dit : “ Il vaut mieux être le porc d’Hérode que son fils. ” »


  1. Au ive s. de notre ère, v. note [52], lettre 52).

  2. Qui régna de 27 avant à 14 après J.‑C.

  3. En l’an 6, Auguste avait incorporé la Judée à la Syrie.

Iosephi Scaligeri Iulii Cæsaris F. Opus de Emendatione temporum : Hac postrema Editione, ex Auctoris ipsius manuscripto, emendatius, magnaque accessione auctius. Addita veterum Græcorum Fragmenta selecta, quibus loci aliquot obscurissimi Chronologiæ sacræ, et Bibliorum illustrantur : cum Notis eiusdem Scaligeri

[Ouvrage de Joseph Scaliger, fils de Jules-César, sur la Correction des temps. En cette dernière édition, il a été mieux corrigé, suivant le manuscrit de l’auteur, et augmenté d’une grande annexe. On y a ajouté des Fragments choisis des anciens Grecs, qui éclairent quelques passages fort obscurs de la Chronologie sacrée et des Bibles, avec des notes du dit Scaliger]. {a}


  1. Genève, Typis Roverianis, 1629, in‑fo de 784 pages ; Paris, Mamert Patisson, 1583, in‑fo, pour la première édition.

La citation et la réfutation du passage de Macrobe se lisent en effet dans le livre vi, page 550 :

Sed omnino tam falsum est Antipatrum Herodis filium inter illos pueros cæsum, quam ipsum Antipatrum bimulum fuisse : nisi forte hominem xxv annorum, aut amplius bimulum vocaveris. Neque enim Iosephus infanticidia illa tacuisset, si eodem tempore, quo cædes Antipatri, contigissent. Interfectus est autem Antipater iussu patris quinque diebus ante obitum ipsius patris.

[D’Antipater, fils d’Hérode, {a} il est tout aussi faux de dire qu’il fut l’un des enfants qu’on a massacrés, que de le tenir pour un enfant deux ans ; à moins peut-être d’appeler enfant de deux ans un homme âgé de 25 ans, voire plus. En outre, Josèphe n’aurait pas passé sous silence de tels infanticides s’ils avaient eu lieu au moment où mourut Antipater, car son père a ordonné de le tuer cinq jours avant sa propre mort]. {b}


  1. Antipater (distinct de son frère Hérode Antipas), l’un des six fils d’Hérode, serait né en 21 s. av. J.‑C. Flavius Josèphe (Guerre des Juifs, livre i, chapitres xxixxxxiii) a décrit l’alliance d’Antipater avec les Romains pour renverser Hérode, qui ordonna la mort de son fils peu avant de mourir lui-même (en l’an 4 de l’ère chrétienne).

  2. V. infra note [54] pour une copieuse suite de la discussion sur ce point d’Histoire sainte qui agitait fort les esprits du temps, partagés entre foi et incrédulité.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 3 manuscrit, note 53.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8204&cln=53
(Consulté le 13.08.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.