Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 7 manuscrit

Note [11]

Ce sont deux références supplémentaires à Lucien sur Jésus-Christ, dans l’editio Salmuriensis (édition gréco-latine de Jean Benoit, Saumur, 1619, v. supra note [9]).

  1. Φιλοπατρις, η διδασκομενος (Philopatris, ê didaskoménos), Philopatris, seu qui docetur [Philopatris, ou celui qui instruit], dialogue entre Triéphon, Critias et Cléolaüs, est ainsi résumé par Nicolas Perrot d’Ablancourt (Paris, 1654, tome 2, page 558), qui a habilement traduit didaskoménos par le « catéchumène » :

    « On doute qu’il soit de Lucien. Du reste, il contient des railleries contre les premiers chrétiens, et quelques-unes contre le christianisme ; mais il ne faut pas s’étonner si, parlant mal de sa religion, il ne dit pas du bien de celle des autres. »

    La page 1003 (tome 2) de Benoit y correspond au § 17 de Talbot (Paris, 1912, tome 2, page 528) :

    « Critias. “ […] Dis-moi : les actions des Scythes {a} sont-elles également enregistrées dans le ciel ? ”
    Triéphon. “ Elles le sont toutes, s’il est vrai qu’il y ait quelque homme de bien {b} parmi les nations. ”
    Critias. “ Mais il faut une grande quantité de scribes dans le ciel pour écrire tant de choses. ”
    Triéphon. “ Parles-en mieux et ne plaisante point sur un dieu si habile ; mais, docile catéchumène, laisse-toi persuader, si tu veux vivre dans l’éternité. Car si ce dieu a pu étendre le ciel comme une peau, affermir la terre sur les eaux, former les astres et tirer l’homme du néant, qu’y a-t-il d’étonnant qu’il puisse écrire dans un livre toutes les actions des hommes ? Lorsque tu t’es construit une maison et que tu y as conduit serviteurs et servantes, aucune de leurs actions ne te reste inconnue ; à combien plus forte raison Dieu, qui a fait tout l’univers, ne connaîtra-t-il pas aisément et les actions et les pensées ? À l’égard de tes dieux, il y a longtemps que les hommes sensés les regardent comme un jeu de cottabe. ” » {c}


    1. V. note [19], lettre 197.

    2. Traduction exacte du mot χρρστος (chrêstos) employé par Lucien, mais que nos deux autres interprètes ont rendu différemment : Chrestus (et non par Christus), en latin, pour Benoit ; « Christ », en français, pour Perrot d’Ablancourt (page 566).

    3. κοτταβος (kottabos) dans Lucien, Cottabis dans Benoit, « des chimères » dans Perrot d’Ablancourt : le cottabe était un « jeu d’origine sicilienne et très en vogue dans les parties de plaisir des jeunes Athéniens ; il consistait d’ordinaire à jeter le reste d’une coupe de vin dans un bassin de métal en invoquant le nom d’une femme aimée ; si le jet produisait un son vibrant, c’était signe d’un amour partagé » (Bailly).

  2. La page 888 (tome 1) de Benoit appartient au traité « Alexandre ou le faux prophète » (v. notule {d}, note [9] supra), avec deux altérations : 1. le début est une addition du Borboniana (Nemo Christianus, nemo Atheus ingrediatur [Que nul chrétien, nul athée n’y pénètre]) ; 2. la dernière phrase est tronquée. Il s’agit du discours que prononçait Alexandre à l’ouverture des trois jours de fête religieuse qu’il avait institués à Rome pour ses initiés ; en voici la traduction de Talbot (tome 1, page 468, § 38) :

    “ Que tout athée, chrétien ou épicurien, venant espionner nos mystères, soit banni de ces lieux, mais que tous les croyants fidèles au dieu soient initiés sous d’heureux auspices ! ” Aussitôt après, commençait l’expulsion. Il disait le premier : “ À la porte les [chrétiens ! ”. Et la foule tout entière répondait : “ À la porte les] épicuriens ! ” » {a}


    1. Benoit (avec mise entre crochets du passage tronqué par le Borboniana) : Foras pellantur [Christiani. Tum multitudo acclamabat universa, Foras pellantur] Epicurei.

      La traduction de Perrot d’Ablancourt (Paris, 1654, tome 1, page 538) est ici fidèle au texte grec.



Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 7 manuscrit, note 11.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8208&cln=11

(Consulté le 22/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.