L. 319.  >
À André Falconet,
le 27 juin 1653

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

J’ai reçu la vôtre des mains de M. Paquet, [2] pour laquelle je vous remercie. Ledit sieur se porte assez bien, Dieu merci. Nous parlons très souvent de vous et il vous aime cordialement. Je suis bien aise que vous ayez reçu le petit présent que je vous avais destiné il y a longtemps et qui a demeuré céans beaucoup plus que je ne pensais, mais la guerre est cause de ce retardement. Je vous enverrai quelque chose de meilleur ci-après si l’occasion se présente. Je me souviens fort bien de toutes les obligations que je vous ai, mais avec ce regret que je ne m’en puis acquitter si tôt que je voudrais bien. On dit ici que quelqu’un [3][4] a taillé sa plume pour réfuter M. Germain [5] en son Orthodoxe, mais je pense que ce ne sera qu’un galimatias de gazette. Constat enim stibium esse venenatum[1][6] les fourbes qui se vantent de sa bonté ne sont point si traîtres que d’en prendre lorsqu’ils sont malades. Vautier [7] en prit l’an passé, mais il en trépassa aussi. Sicque per stibium Stygium transnavit fretum, qui per diabolicum istud venenum (sic nominatur a Mercuriali) tot insontes necaverat[2][8][9] Je vous ai mandé touchant le Quiqueran [10] de Laudibus Provinciæ, ce que j’en savais ; [3] je m’enquerrai de celui qui l’a imprimé autrefois à Lyon et en quelle année, mais je vous prie interea dormi secure[4]

M. de Liergues [11] est un fort honnête homme et à qui j’ai beaucoup d’obligation, mais il vous a dit trop de bien de moi dans sa lettre ; c’est une marque de son affection et il n’ose vous dédire de tant de bien que vous lui avez écrit de moi. Il m’a rendu mes médailles. Le roi, [12] la reine, [13] le Mazarin [14] et toute la cour sont à Saint-Germain [15] encore pour quelques jours. Le Mazarin traite avec le chevalier de Chaulnes [16] pour avoir le gouvernement d’Amiens. [17] Dès qu’il en sera le maître, il a dessein d’y envoyer le cardinal de Retz [18] dans la citadelle sous la garde de M. de Bar [19] qui a gardé les princes dans le Havre-de-Grâce ; [5][20] et cela fait, on dit que le roi ira demeurer pour quelque temps dans le Bois de Vincennes. [21] Le prince de Condé [22] est encore à Bruxelles. [23] Ceux de Bordeaux [24] espèrent du secours, et des Anglais et des Espagnols ; aussi en ont-ils grand besoin. Les Anglais ont eu derechef un grand avantage sur les Hollandais qui y ont fait perte de plus de quatre millions d’or. [6][25][26] Notre grande armée est en Champagne, on dit qu’elle s’en va à Rethel. [27] Cetera falsa quæ circumferuntur, nec moror, nec scribo, quia falsa sunt[7] Il est seulement vrai que je suis et serai toute ma vie, Monsieur, votre, etc.

De Paris, ce 27e de juin 1653.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 juin 1653

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0319

(Consulté le 14.10.2019)