L. 681.  >
À André Falconet,
le 10 mars 1661

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je suis revenu des champs, Dieu merci, après y avoir eu bien du mal et n’y avoir passé qu’une nuit, mais sans dépouiller, [1] par un malheur qui nous arriva d’une roue qui rompit à notre carrosse. C’étaient deux gentilshommes normands qui me menaient voir leur beau-frère [2] qui avait une fièvre continue [3] avec un mal de gorge et un érysipèle [4] au visage. Synésius, [5] malcontent d’un certain voyage qu’il avait fait sur mer avec quelques juifs qui, même en danger d’être noyés, voulurent garder le sabbat et ne jamais aider à la chiourme, fait protestation de ne voyager jamais avec telles gens. [2][6] Pour moi, j’en dis de même avec des gentilshommes normands. J’en ai pourtant rapporté mes oreilles. [3] Cicéron [7] parle d’un certain Caninius [8] qui, dans tout son consulat, ne dormit point, à cause de quoi il l’appelle très vigilant ; c’est qu’il mourut le même jour qu’il fut élu consul. [4] Ainsi, je puis passer pour un médecin très vigilant car, en tout mon voyage, je n’ai point dormi : je partis d’ici lundi à midi, je n’arrivai chez mon malade que mardi à huit heures, j’en partis à dix heures du matin et j’arrivai ici hier, [5] après neuf heures du soir. Dieu me garde de tel voyage, j’en ai encore mal à la tête et aux pieds car le malheur nous arriva au milieu de la campagne. Mais c’est assez, et même trop, de vous entretenir de notre petit malheur. Conservez-moi votre amitié et je m’en tiendrai assez heureux. Je suis, etc.

De Paris ce 10e de mars 1661.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 mars 1661

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0681

(Consulté le 15.11.2019)