L. 749.  >
À Hugues de Salins,
le 7 mai 1663

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous remercie de la vôtre et y fais réponse un peu à la hâte tant je suis pressé d’affaires. Error primæ coctionis emendari non potest in secunda[1] quoi qu’en ait dit Primerose, [2] lequel mourut en Angleterre il y a trois ans. Hoc postulat ordo Naturæ supra proprias vires numquam agentes ; et est axioma therapeuticum, illudque verissimum. Protuberantia illa clitoridis non est magnus morbus ; si tamen impediat, debet ferro præscindi, sed nihil urendum[2][3] Un bon chirurgien peut en venir à bout en coupant ; il n’y a que l’hémorragie à craindre, mais on peut en venir à bout. Je voudrais bien que cette fille qui vous a consulté [4] là-dessus m’eût appris quam noxam illi inferat, quia vix aliquod impedimentum potest adferre, nisi forsan in partu, vix in coïtu[3]

Decoctum veteris galli minus prodest, quia nitrosum, quam decoctum pullorum, aut carnis vitulinæ. Morbis a te denominatis convenit frequens purgatio ex foliis Orient. cum rheo et syr. diarhodon, vel de floribus mali persicæ. In capitis doloribus, etc. galli exenterati aut pulmones vervecini magis nocent quam prosunt ; sunt inventum muliercularum, et remedium empiricum ; attrahunt ad partem affectam, et causa morbi nihil demunt. Omnia frigida nocent oculis, quibus sola tepida sunt admonvenda, propter partis mollitiam atque præstantiam[4][5][6][7][8][9][10] Il fait bon laver ses yeux souvent, et principalement les matins, mais ce ne doit jamais être qu’avec de bonne eau tiède. [11] Je vous envoie deux de mes portraits [12] et deux de mes jetons d’argent, [13][14] pour vous et pro uxore tua, quam saluto[5] Mes deux fils vous saluent, ut et ego fratrem tuum amantissimum[6]

La reine mère [15] se porte mieux. [7] M. de Longueville [16] est fort malade à Rouen. Le Cardan [17] est achevé à Lyon et s’y vend chez M. Huguetan. [8][18] Sam. Bochart de Animantibus Sacræ Scripturæ [19] est aussi achevé, il y en a en chemin. [9] Vale, et me, quod facis, amare perge.

Tuus ex animo, Guido Patin[10]

De Paris, ce 7e de mai 1663.

Nous avons ici perdu M. Merlet, [20] qui était l’ancien [21] de notre Compagnie, âgé de 82 ans, le 10e de février dernier, aussi bien que Lopès [22] le Gascon et Maurin [23] le Provençal. Utinam servet Deus quæ supersunt[11]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 7 mai 1663

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0749

(Consulté le 19.10.2019)