L. 808.  >
À André Falconet,
le 13 janvier 1665

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Le 11e de janvier. M. Le Conte [2] est mort et enterré, moi et mes deux fils venons de son service. La gangrène [3] l’a étouffé en trois jours, voilà bien du grec et du latin perdu. M. Rainssant [4] reçut hier notre Seigneur ; [1] il ne dort point sans opium, [5] il a toujours soif, il tousse souvent et je tiens sa maladie très dangereuse, quoique ceux qui le traitent lui promettent de le guérir. Ce sont des flatteurs et des ignorants, il ne guérira jamais. M. Piètre [6] est encore malade, et le sera car il a eu une rude attaque dans la tête quæ labem relinquet[2] Le roi [7] a changé d’avis, il ne va plus au Parlement ; mais M. le duc d’Orléans [8] ira demain à la Chambre des comptes pour les affaires des rentes[3][9] Le présent porteur est M. Julien, [10] marchand de Lyon, duquel je vous ai ci-devant écrit ; je vous le recommande. On dit que les Hollandais ont été plus fins que les Anglais, sur lesquels ils ont eu grand avantage dans la Guinée, [11] y ayant surpris beaucoup de vaisseaux qui valent bien mieux que ceux que les Anglais ont pris de deçà sur eux ; [12] cela pourra être cause de quelque bon accord. [4] On dit que les Anglais ne veulent point permettre que leur roi [13] nous vende Tanger, [14] qui est sur la côte d’Afrique. [5]

J’ai recommencé aujourd’hui mes leçons [15] au Collège royal[16] où j’avais plus de 200 auditeurs, mais il y fait si froid que je les ai congédiés jusqu’à un temps plus doux. Il ne faut plus se tuer pour personne puisque l’on meurt si aisément. Je vous baise très humblement les mains et suis de toute mon âme votre, etc.

De Paris, ce 13e de janvier 1665.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 13 janvier 1665

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0808

(Consulté le 21.10.2019)