L. 946.  >
À André Falconet,
le 2 novembre 1668

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Ce 18e d’octobre. Le roi [2] est encore à Chambord, [3] mais on dit qu’il sera de retour à Saint-Germain [4] le 23e de ce mois. On dit que l’affaire des jansénistes est terminée malgré tout le crédit des jésuites, [5][6] puisque le pape [7] et le roi l’ont ainsi désiré, [8] dont les bons pères sont fort en colère. M. Arnauld [9] a vu le nonce du pape, [1][10][11] qui lui a fait grand accueil et lui a promis merveilles ; mais le P. Annat [12] est fort malcontent de cet accord qui s’est fait sans conseil, et même sans son consentement. Mme la duchesse d’Enghien [13] est accouchée d’un second fils : [14] voilà la Maison royale, et en particulier celle de M. le Prince, [15] fortifiée d’une tête. [2]

Ce 20e d’octobre. M. Colbert [16] a fait arrêter prisonnier un de ses principaux commis, nommé M. Deschiens, [17] et l’a fait mener à la Bastille, [18] mais on n’en sait pas encore les raisons. [3] Les grands sont sujets à être trompés et à être infidèlement servis, lucri odor et auri color multas habent illecebras ad peccandum[4] Il avait autrefois déposé contre M. Fouquet [19] qui avait été son maître. M. Rouillé [20] le jeune, maître des requêtes[5] a la commission de lui faire son procès et a déjà commencé de l’interroger. M. le maréchal de Turenne [21] s’est enfin converti. [22] Il a abjuré son hérésie dans Notre-Dame [23] entre les mains de M. l’archevêque de Paris. [24] On dit qu’il deviendra connétable et qu’il se remariera, car il est veuf de la fille [25] de M. le duc de La Force. [6][26] C’est un excellent homme, et qui est aimé de tout le monde.

Ce 23e d’octobre. M. le duc de Verneuil, [27] âgé de 68 ans, riche de plusieurs bonnes abbayes, sera enfin marié à la fille de M. le chancelier qui est veuve de M. de Sully. [7][28][29] En tout âge on fait des fautes, mais ce n’est pas à nous de les examiner. Le roi a aujourd’hui rendu une visite éclatante à M. Colbert, il avait tous ses gardes avec l’épée nue.

Ce 24e d’octobre. On dit que M. Colbert a la goutte [30] et un peu de dysenterie, [31] c’est que sa tête travaille trop. Il y a plusieurs grosses dépositions contre M. Deschiens, qui le pourront accabler ; il est si riche qu’il a fait envie, Cito dives vel est iniquus, vel iniqui hæres[8][32]

M. le cardinal Antoine, [33] grand aumônier de France et archevêque de Reims, est ici attendu pour ces fêtes prochaines, pour sacrer M. l’abbé Le Tellier [34] qui est le coadjuteur de Reims. [9] On dit que le roi donnera au roi de Pologne, Casimir, [35] les bénéfices de M. de Verneuil. Le roi sera ici le 7e de novembre. Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 2d de novembre 1668.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 2 novembre 1668

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0946

(Consulté le 17.10.2019)