L. latine 358.  >
À Christiaen Utenbogard,
le 16 juin 1665

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 192 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Christiaen Utenbogard, à Utrecht. [a][1]

Saisissant l’occasion qui m’en est donnée, [1] je vous écris ces quelques mots. Je vis et me porte bien, me souvenant souvent de vous, comme de tant de bienfaits que j’ai reçus de votre part, et c’est pourquoi je vous suis entièrement dévoué. Comment nos amis de chez vous vont-ils, en particulier MM. Marten Schoock, [2] Hendrik Vander Linden, [3] Anton Deusing, [4] et quand donc cette nouvelle édition augmentée du traité de Marten Schoock de Cervisia paraîtra-t-elle ? Dieu fasse que je puisse la voir avant de mourir. [2][5] Anne d’Autriche, la reine mère, est toujours mal en point pour son sein gauche. [6] Les divers artifices des médicastres auliques sont impuissants à la guérir, tout autant que les diverses promesses des prêtres et des chimistes ; [7][8] mais tout cela sent la malice des hommes, la sottise de ceux qui veulent être trompés et l’injustice du siècle. Portez-vous bien, très distingué Monsieur, et aimez-moi.

De Paris, le 16e de juin 1665.

Votre G.P. de tout cœur. [3]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 16 juin 1665

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1391

(Consulté le 24.10.2020)