À André Falconet, le 29 octobre 1647
Note [1]

« Jusqu’à ce jour, j’ai tenu pour justes et droits les préceptes de cet homme ».

La suite de la lettre fait comprendre qu’il s’agit d’Épicure, dont Gassendi a commenté la philosophie dans trois ouvrages successifs :

  1. De Vita et moribus Epicuri libri viii [Huit livres sur la Vie et les mœurs d’Épicure] (Lyon, Guillaume Barbier, 1647, in‑4o), ouvrage dont Guy Patin remerciait ici André Falconet ;

  2. Petri Gassendi Animadversiones in decimum librum Diogenis Lærtii, qui est de vita, moribus placitisque Epicuri. Continent autem placita quas ille treis statuit philosophiæ parteis : i. Canonicam nempe, habitam Dialectacæ loco ; ii. Physicam, ac imprimis nobilem illius partem Meteorologiam [hoc est illa Physicæ pars quæ est de rebus sublime visis] ; iii. Ethicam, cujus gratia ille excoluit cæteras [Remarques de Pierre Gassendi sur le dixième livre de Diogène Laërce qui traite de la vie, des mœurs et des maximes d’Épicure. Elles contiennent aussi les maximes qu’il a établies sur les trois parties de la philosophie : i. la Canonique, qui occupe la même place que la dialectique ; ii. l’Histoire naturelle, et surtout sa plus noble partie, la Météorologie (qui est cette partie de l’Histoire naturelle qui traite de choses qu’on voit dans les cieux) ; iii. l’Éthique, qui a la vertu d’avoir embelli les autres] (Lyon, Guillaume Barbier, 1649, 3 volumes in‑fo) ;

  3. Syntagma philosophiæ Epicuri [Fondement de la philosophie d’Épicure] (La Haye, Adriaan Vlacq, in‑4o, 1659), dont une autre édition (mêmes année, éditeur et ville) a pour titre Syntagma philosophiæ Epicuri, cum refutationibus quæ contra fidem christianam ab eo asserta sunt, oppositis per Petrum Gassendum ; præfigitur Samuelis Sorberii dissertatio de vita ac moribus Petri Gassendi. [Fondement de la philosophie d’Épicure, avec les réfutations de ce qu’il est censé avoir dit contre la foi catholique, objectées par Pierre Gassendi ; précédé d’une dissertation de Samuel Sorbière sur la vie et les mœurs de Pierre Gassendi].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 octobre 1647. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0147&cln=1

(Consulté le 26.10.2020)

Licence Creative Commons