À Charles Spon, le 16 janvier 1652, note 1.
Note [1]

V. note [1], lettre 278, pour la volonté renouvelée du Parlement contre Mazarin.

Le 13 décembre, la Cour avait nommé une députation pour aller voir le roi à Poitiers et le prier de vouloir faire la paix avec Condé, de ne pas rappeler Mazarin et de revenir à Paris le plus tôt possible. Le président Pomponne ii de Bellièvre devait conduire la délégation composée de plusieurs conseillers. Il avait quitté Paris le jour même pour sa maison de Berny (château aujourd’hui détruit qui se trouvait aux confins de Fresnes et d’Antony, Hauts-de-Seine, proche de l’actuelle Croix de Berny) où les autres devaient le rejoindre.

Le 25 décembre, un courrier arriva à Paris (Journal de la Fronde, volume i, fo 528 vo) :

« qui apporta une lettre de cachet du roi adressée au Parlement par laquelle Sa Majesté mandait qu’ayant su le sujet pour lequel on lui envoyait des députés, elle avait jugé à propos de mander qu’il n’était pas besoin qu’ils se missent en chemin pour cela puisqu’elle entendait que sa déclaration concernant le cardinal Mazarin fût exécutée. » {a}


  1. V. note [4], lettre 267, pour cette déclaration du 6 septembre 1651 contre Mazarin.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 janvier 1652, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0279&cln=1

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons