À Hugues de Salins, le 28 mars 1656
Note [1]

Ce passage renseigne assez précisément sur la manière dont Guy Patin préparait et disait ses leçons de médecine (ici au Collège de France) : partant de notes qu’il avait lui-même peine à relire, il dictait à l’auditoire, en y ajoutant beaucoup de ce que sa mémoire, réputée prodigieuse, lui faisait souvenir sur l’instant. Patin proposait ici d’emprunter le cours pris sur le vif par un de ses étudiants pour le faire recopier par de Salins en deux exemplaires, et disposer ainsi de son cours intégral.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 28 mars 1656. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0437&cln=1

(Consulté le 18.04.2021)

Licence Creative Commons