À Charles Spon, le 28 janvier 1653
Note [10]

La réunion des parlements frondeur (Paris) et légitime (Pontoise), décidée le 22 octobre précédent par le roi au Louvre (v. note [34], lettre 294), n’avait pas mis fin aux mésententes qui divisaient le Parlement depuis le début de la Fronde. L’arrêt du 13 août 1652, quoique cassé par la décision royale, restait toujours bien présent dans les mentalités. Les présidents et conseillers partis pour Pontoise avaient alors été « traités de déserteurs, de faux frères, de perfides, de lâches, de traîtres, d’infâmes, de perturbateurs du repos public, de criminels de lèse-majesté, et d’indignes de jamais posséder aucun office dans le royaume, ni leur postérité même » (Vallier, Journal, tome iv, pages 12).

En janvier 1653, cet état d’esprit demeurait. Les quatre députés qui s’étaient opposés à Tambonneau furent mandés au Louvre le 13 janvier pour rendre compte de leur geste méprisant. Ils s’inclinèrent d’emblée devant la volonté royale et leurs excuses furent agréées par Louis xiv ; dès le 24 janvier, les exilés furent de retour à Paris (Jestaz).

Journal de la Fronde (volume ii, fo 192 ro, 10 janvier 1653) :

« Le 9, M. de Tambonneau ayant voulu rapporter quelque procès dans la seconde des Enquêtes, la plupart des conseillers de cette Chambre se levèrent en même temps, sans lui donner les moyens de continuer ; ce que l’ayant irrité, il protesta de s’en plaindre au roi ; mais un de la Compagnie ayant pris la parole, lui remontra qu’on ne lui faisait aucune injure puisque, conformément aux règlements de la Cour, on ne pouvait pas rapporter dans les autres chambres lorsque l’on était allé dans la Tournelle et l’Édit ; ce qui n’empêche pas que l’on ne croie que la véritable cause de ce refus n’est autre que celle d’avoir été du nombre de ceux qui avaient été tenir le Parlement de Pontoise. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 janvier 1653. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0301&cln=10

(Consulté le 28.01.2021)

Licence Creative Commons