À André Falconet, le 17 mai 1661, note 10.
Note [10]

« Je salue notre cher Spon, et demande qu’il nous apporte à tous deux son appui dans la présente affaire et que nous nous tirions d’une si grande difficulté : nous plaçons en effet beaucoup d’espérance dans votre affection pour nous et dans la sienne. »

Les trafics plus ou moins licites de livres auxquels s’adonnèrent Guy Patin puis son fils Charles leur valurent maints ennuis, dont les plus graves sont détaillés dans les Déboires de Carolus.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 17 mai 1661, note 10.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0696&cln=10

(Consulté le 12/06/2024)

Licence Creative Commons