À Nicolaas Heinsius, le 8 janvier 1647
Note [10]

« Il ne lui sert à rien, non plus qu’aux autres, de dissimuler sa paresse sous un capuchon, en se donnant l’apparence de l’honnêteté » : deux derniers vers de l’emblème lxxxi d’Alciat intitulé Desidia [L’Oisiveté] (v. note [19], lettre 229).

V. note [7], lettre 11, pour une saillie d’Érasme contre les moines dans son L’Éloge de la folie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Nicolaas Heinsius, le 8 janvier 1647. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1043&cln=10

(Consulté le 26.01.2020)

Licence Creative Commons