À Charles Spon, le 20 mars 1649, note 101.
Note [101]

Allusion au chapitre xxvii de Gargantua (pages 77‑81), narrant un fameux épisode de la guerre menée par Picrochole (caricature de Charles Quint) contre Gargantua (François ier) : Comment un moine de Seuillé sauva le clos de l’abbaye du sac des ennemis. Seuillé était la patrie de Rabelais, proche de Chinon.

« < Les sbires de Picrochole > se transportèrent en l’abbaye avec horrible tumulte […] et rompirent les murailles du clos afin de gâter toute la vendange. Les pauvres diables de moines ne savaient auquel de leurs saints se vouer […]. En l’abbaye était pour lors un moine claustrier {a} nommé frère Jean des Entommeures, […] vrai moine, si oncques en fût depuis que le monde moinant moina de moinerie. {b} […] < Frère Jean > mit bas son grand habit et se saisit du bâton de la croix, {c} qui était de cœur de cormier long comme une lance, rond à plain poing et quelque peu semé de fleurs de lys toutes presque effacées. Ainsi sortit en beau sayon, {d} mit son froc en écharpe et de son bâton de la croix donna si brusquement sus les ennemis qui, sans ordre ni enseigne, ni trompette, ni tambourin, parmi le clos vendangeaient. […] Il choqua donc si roidement sur eux sans dire gare qu’il les renversait comme des porcs, frappant à tort et à travers à vieille escrime. » {e}


  1. Cloîtré (comme le fut Rabelais pendant la majeure partie de son existence, v. note [53] du Borboniana 10 manuscrit).

  2. V. note [9], lettre 224.

  3. V. note [2], lettre 348.

  4. Belle casaque.

  5. V. note [14], lettre 593 pour un autre extrait de ce chapitre.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 mars 1649, note 101.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0166&cln=101

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons