Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne
Note [11]

Dans l’édition bilingue, grecque et latine, des œuvres de Dioscoride (Francfort, 1598, v. note [6] de la leçon de Guy Patin sur le laudanum et l’opium), c’est le court chapitre lxxxiii (et non lxxxiv) du livre i (pages 46‑47) qui traite de Manna thuris [la Manne d’encens] :

Manna thuris probatur candida, pura et granosa. Vim habet eandem quam thus, sed aliquanto remissiorem. Sunt qui admixtis resina pini cribrata et polline, aut etiam thuris contusi cortice ipsam adulterent. Sed hæc quoque maleficia ignis arguit. Neque enim incesa æque ac pari vigore aëris modo purum vaporem, sed fuliginosum et impurum emittet. Quin et odori grato permixta graveolentia comperietur.

[L’authentique manne d’encens s’avère blanche, pure et grenue. Elle a les mêmes vertus que l’encens, mais quelque peu atténuées. Certains la falsifient en y mêlant de la résine tamisée et du pollen de pin, ou même de l’écorce d’encens concassée. Le feu dévoile néanmoins ces duperies : quand on la brûle, elle produit une vapeur fuligineuse et sale, et non pas semblable à la transparence de l’air pur, dégageant, bien au contraire, une odeur agréable].
Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8130&cln=11

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons