À Charles Spon, le 28 mars 1643, note 13.
Note [13]

Alphonsi de Vargas Toletani Relatio ad Reges et Principes Christianos, de stratagematis et sophismatis Politicis Societatis Iesu ad Monarchiam Orbis terrarum sibi conficiendam. In qua Iesuitarum erga Reges ac Populos optime de ipsis meritos infidelitas, ergaque ipsum Pontificem perfidia, contumelia et in fidei rebus novandi libido illustribus documentis comprobatur.

[Témoignage d’Alphonse de Vargas, natif de Tolède, à l’intention des rois et des princes chrétiens sur les stratagèmes et les sophismes politiques que la Compagnie de Jésus emploie pour s’acquérir l’hégémonie sur toutes les terres du globe. Où sont prouvés à l’aide d’insignes documents la déloyauté des jésuites à l’égard des rois et des peuples qui ont fort bien mérité d’eux, leur perfidie, leurs injures à l’encontre du pape lui-même, et leur plaisir à innover dans les matières de foi]. {a}


  1. Sans lieu ni nom, 1642, in‑12 ; précédente édition, sans lieu ni nom, 1636, in‑4o.

Alphonse de Vargas, natif de Tolède, théologien espagnol du xive s. de l’Ordre de Saint-Augustin et docteur de Sorbonne, enseigna la théologie et la philosophie à Paris, et fut ensuite successivement évêque d’Osma et de Badajoz, puis archevêque de Séville. Mort en 1366, il était bien incapable d’avoir écrit un libelle contre la Compagnie de Jésus, fondée en 1541. Guy Patin, comme avait pu le lui apprendre Gabriel Naudé (v. note [7] du Naudæana 4), l’attribuait donc à Caspar Scioppius, insigne ennemi des loyolites.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 mars 1643, note 13.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0079&cln=13

(Consulté le 15/06/2024)

Licence Creative Commons