À Jean Vassan de Saint-Paul, le 8 novembre 1643, note 13.
Note [13]

Apologia pro sententia Hieronymi de episcopis et presbyteris, autore Davide Blondello.

[Apologie pour la sentence de Jérôme {a} à propos des évêques et des prêtres, par David Blondel]. {b}


  1. Saint Jérôme de Stridon, v. note [16], lettre 81.

  2. Amsterdam, Ioannes Blaeu, 1646, in‑4o de 549 pages ; écrite en réponse aux :

    Dionysii Petavii Aurelianensis e Societate Iesu Dissertationum ecclesiasticarum libri duo, in quibus de Episcoporum dignitate, ac potestate ; deque aliis Ecclesiasticis dogmatibus disputatur.

    [Deux livres de dissertations ecclésiastiques de Denis Petau {i} natif d’Orléans, de la Compagnie de Jésus, disputant sur la dignité et le pouvoir des évêques, et sur d’autres dogmes de l’Église]. {ii}

    1. V. note [6], lettre 54.

    2. Paris, Sébastien Cramoisy, 1641, in‑8o

David Blondel (Châlons-en-Champagne 1591-Amsterdam 6 avril 1655), ministre réformé, avait dû sa première réputation à un écrit intitulé Modeste déclaration et vérité des églises réformées de France… (Sedan, 1619, in‑8o), réponse aux accusations mensongères de certains écrivains catholiques touchant la doctrine des réformateurs. Ainsi remarqué, Blondel avait été nommé secrétaire de divers synodes provinciaux et on lui avait confié en 1619 la mission de député à l’Assemblée politique de Loudun. Il était alors chapelain du comte de Roussy qui l’avait empêché de partir occuper une chaire de théologie dans l’Académie de Saumur, que la province d’Anjou lui offrait. Blondel quitta en 1644 ce seigneur et le synode d’Île-de-France lui vota une subvention annuelle de 1 000 livres pour résider à Paris où il trouverait plus qu’ailleurs les matériaux nécessaires à ses travaux et à la défense du calvinisme. En 1649, il accepta la chaire d’histoire que la mort de Gerardus Johannes Vossius avait rendue vacante à Amsterdam (G.D.U. xixe s.). Considéré comme l’un des plus savants ministres de son temps, Blondel a laissé de nombreux ouvrages ; Guy Patin en a cité plusieurs au fil de ses lettres.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Jean Vassan de Saint-Paul, le 8 novembre 1643, note 13.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0096&cln=13

(Consulté le 24/04/2024)

Licence Creative Commons