À Charles Spon, le 24 mars 1648
Note [13]

Jacques Daléchamps a édité une compilation de plusieurs chirurgies anciennes, dont celle de Paul d’Égine, sous le titre de Chirurgie française recueillie par Jacques Daléchamps, docteur en médecine et lecteur ordinaire à Lyon, avec plusieurs figures des instruments nécessaires pour l’opération manuelle ; et depuis augmentée d’autres annotations sur tous les chapitres. Ensemble de quelques traités des opérations de chirurgie, facilitées et éclaircies par M. Jean Girault, chirurgien juré fort célèbre à Paris, avec les figures des instruments de chirurgie par lui inventés. Avec deux tables, l’une des chapitres, l’autre des principales matières (Paris, Olivier de Varennes, 1610, in‑4o de 664 pages sans l’index, pour la troisième et dernière édition ; v. note [49], lettre 104, pour les deux précédentes).

À la fin du Sommaire des principaux chefs contenus en cette Chirurgie, on lit : « Le tout en notre vulgaire français, en faveur des compagnons et maîtres chirurgiens, qui n’ont point été nourris aux lettres grecques et latines. »

Les Annotations de Daléchamps sur la Chirurgie française, du sixième livre de Paul Æginète, auquel il traite de la curation des maladies par chirurgie, ou opération manuelle (pages 1‑623) sont parfois suivies d’Autres annotations anonymes, souvent plus courtes, qui pourraient être celles de Simon ii Piètre (mort en 1618), mais rien ne le prouve que la bonne foi de Guy Patin.

Paul Éginète ou d’Égine (l’île où il naquit), médecin et chirurgien du viie s., a été l’une des plus célèbres figures de l’École d’Alexandrie, et le dernier représentant de la grande tradition médicale grecque. Ses œuvres écrites se signalent par leur contenu chirurgical et obstétrical (les Arabes ont donné à Paul d’Égine le surnom d’accoucheur), mais aussi par ses commentaires sur ses prédécesseurs (Hippocrate, Galien, Ætius, Oribase, etc.) (Renauldin in Panckoucke).

Je n’ai pas trouvé trace d’une édition imprimée de la chirurgie d’Étienne Gourmelen (v. note [42], lettre 104) annotée par Simon ii Piètre. La BIU Santé conserve un manuscrit (cote 5016) contenant deux textes de lui : Generalis methodus medendi Simonis Pietre Doctoris Medici Parisiensis et Professoris Regii [Méthode générale pour remédier par Simon Piètre, docteur en médecine de Paris et professeur royal], divisée en quatre sections : 1. De Indicationibus [Indications] (9 chapitres) ; 2. De venæ Sectione [La Saignée] (8 chap.) ; 3. De Purgatione [La Purge] (6 chap.) ; 4. De Diœta ægrorum [Le Régime des malades] (5 chap) ; et M. Simonis Pietrei D.M.P. et Professoris Regii De particulari Chirurgia [La Chirurgie particulière de M. Simon Piètre…] (fos 56‑63), qui pourrait être un bref commentaire de Paul d’Égine.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 mars 1648. Note 13

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0153&cln=13

(Consulté le 19.09.2020)

Licence Creative Commons