À André Falconet, le 5 novembre 1649, note 13.
Note [13]

« d’une fièvre pétéchiale », c’est-à-dire de fièvre accompagnée de pétéchies, autrement dite pourprée (v. note [56], lettre 229) : « Espèce de pourpre, taches qui s’élèvent sur la peau dans les fièvres malignes et pestilentielles » (Académie) ; Littré DLF précise que le nom de « fièvre pétéchiale » est « donné quelquefois au typhus » et que le mot pétéchies vient de l’italien petecchie, « du latin du xve s. pestichiæ, de pestis, peste, parce que la peste s’accompagne souvent de pétéchies ».

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 5 novembre 1649, note 13.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0206&cln=13

(Consulté le 24/04/2024)

Licence Creative Commons