À André Falconet, le 11 avril 1670, note 13.
Note [13]

« si on en croit la rumeur », expression empruntée (entre autres) à Florus (v. note [4], lettre 435 ; Abrégé de l’histoire romaine, livre iii, iv, 19, Guerre contre les Cimbres, les Teurons et les Tigurins) :

Hunc tam lætum tamque felicem liberatæ Italiæ adsertique imperii nuntium non per homines, ut solebat, populus Romanus accepit, sed per ipsos, si credere fas est, deos.

[Cette nouvelle si agréable, si heureuse, de la délivrance de l’Italie et du salut de l’Empire, le peuple romain ne l’apprit pas, comme d’habitude, par des hommes, mais si on en croit la rumeur, par les dieux eux-mêmes].

« Israélite » serait ici à prendre au sens de mécréant, mais si bizarre que je me demande si les éditeurs de la lettre imprimée n’ont pas substitué ce mot à « sodomite ».

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 avril 1670, note 13.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0980&cln=13

(Consulté le 20/04/2024)

Licence Creative Commons